Édition 2011

L’édition 2011, un grand succès

La première édition du Livre sur les quais avait été un succès, la deuxième a confirmé que ce salon répondait à une large attente. Comme l’année passée, la manifestation s’est tenue sous tente et dans plusieurs lieux disséminés dans la ville. Au cours de ces trois jours, on a compté plus de 35'000 entrées – soit presque 50% de plus qu’en 2010. Les visiteurs venaient de la ville même, de la région et de toute la Suisse romande. Ils ont échangés avec les 270 auteurs présents, ont découvert leurs livres, dont les ventes ont battu tous les records. En retour, les auteurs ont été unanimement charmés par l’intérêt du public autant que par le cadre idyllique et l’atmosphère conviviale du salon.

La jeunesse s’est pressée dans l’espace qui lui était consacré. 3’000 élèves ont participé vendredi à plus d’une centaine d’activités, sur place ou dans leurs classes, où des auteurs sont allés les rencontrer – vendredi, sous le soleil, les rues de Morges semblaient occupées par des foules enfantines. Pendant le week-end, 1’500 enfants, des plus petits aux préadolescents, ont rencontré des auteurs, participé aux activités qui leur étaient proposées, lu, joué et découvert que le livre n’était pas un « ennemi ».

Les rencontres, débats et lectures, sensiblement plus nombreux que l’année passée, ont connu une fréquentation remarquable. Les salles disséminées dans la Ville de Morges ont été généreusement occupées par un public attentif et réactif. Les conférences et débats qui se tenaient à bord des bateaux de la CGN ont attiré de nombreux amateurs. Plusieurs étaient complètes bien avant l’heure du départ. Les films présentés au cinéma Odéon ont fait salle comble.

Les auteurs des Éditions Jouvence, éditeur invité, et les écrivains québécois, hôtes d’honneur, ont été accueillis avec un enthousiasme qui les a unanimement touchés. Jean d’Ormesson, de l’Académie française, a présidé la manifestation avec l’efficacité qu’on lui connaît. Son charme et son brio ont fait mouche auprès des plus difficiles.

Les responsables du Livre sur les quais peuvent affirmer que cette manifestation a trouvé sa place sur la scène suisse et régionale. Elle a un public, elle s’est imposée auprès des auteurs et des éditeurs qui n’ont pas hésité à y faire participer de grands noms. Le succès des écrivains anglo-saxons, qui ont abondamment signé leurs livres et ont d’ores et déjà annoncé qu’ils voulaient revenir, montre que le public international s’est également déplacé. Coexistence des cultures, pratique de la traduction : la vocation de médiation culturelle qui a toujours caractérisé le livre se trouve abondamment confirmée. L’année prochaine, cette politique d’ouverture sera étoffée.