Anna Grue

Au coeur de Roskilde
Anna Grue est née au Danemark en 1957. Elle débute comme graphiste puis journaliste dans la presse écrite, s'impose comme rédactrice en chef de magazines. Elle publie son premier roman en 2005 et décide, deux ans plus tard, de devenir écrivain à plein temps. Je ne porte pas mon nom, est le premier opus d’une série de remarquables polars mettant en scène Dan Sommerdahl, dit "le Détective chauve”. La série compte actuellement sept titres. En danois, I lige linje (que l'on peut traduire par "Dans la ligne droite") est sorti en 2015. La dernière enquête traduite en français aux éditions Gaia, Le détective chauve (Den skaldede detektiv, 2010) est en librairie depuis ce printemps. Une excellente occasion de découvrir le festival de Roskilde près de Copenhague, l'un des plus grands festivals de rock et pop d'Europe qui sert de toile de fond à l’intrigue. Répondant au questionnaire de Proust dans De Poliken, Anna Grue dit rechercher l'humour comme principale qualité chez un homme. Elle même n'en manque pas. Ainsi de sa réponse à la question concernant son héroïne favorite dans la fiction: "Laura de La petite maison dans la prairie a une place spéciale dans mon cœur. Sans elle, je ne serai pas en possession de ma formidable connaissance de l'extraction du sirop d'érable, de la construction de maisons et de la production d'une véritable limonade."

 

Le détective chauve
Nouvelle affaire pour Dan Sommerdahl: un couple dont les deux premiers enfants sont morts à 16 ans et 27 jours précisément fait appel à lui, car l’échéance approche pour leur 3e et dernier enfant. Sur fond du mythique festival de Roskilde (comment retrouver un ado dans une telle foule alors qu'un tueur le traque?), le compte à rebours est lancé pour le Détective chauve. Celui-ci nage entre deux eaux, séparé de Marianne mais pas vraiment heureux avec Kirstine. Sa vie de famille lui manque. Fonder un nouveau foyer ou reconquérir l’ancien? (Ed. Gaia)

 

Un roman pour découvrir l'oeuvre d'Anna Grue
Je ne porte pas mon nom (Dybt at falde, 2007)

Bernard Chappuis

(photo © Jesper Egholm)