Michel Tabachnik

Après des études musicales à Genève, Michel Tabachnik devint le protégé d’Igor Markevitch, d’Herbert von Karajan et surtout de Pierre Boulez, dont il fut l’assistant. C’est à lui que Boulez confiera la création de l’Ensemble InterContemporain à Paris.
Il a dirigé les orchestres les plus prestigieux, tels le Philharmonique de Berlin, le Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre de Paris, dirigea comme chef titulaire le Brussels Philharmonic de 2007 à 2015, avant d’en devenir chef honoraire. En 2016, il compose la musique de l'opéra Benjamin, dernière nuit, drame lyrique en quatorze scènes, d'après le livret de Régis Debray, sur le philosophe allemand Walter Benjamin, créé à l'Opéra de Lyon le 12 mars 2016
Michel Tabachnik a publié, notamment, aux éditions Buchet-Chastel,  De la musique avant toute chose, dans lequel il parle des compositeurs qui l’inspirent et de ses amis, Xenakis et Boulez. En mars 2016, avec Ma Rhapsodie, Michel Tabachnik publie un livre personnel sur la musique, la vie de musicien, et la vie tout court.

 

Ma rhapsodie
Dans cet ouvrage traversé par la passion de l’art et de la vie, il est bien sûr beaucoup question de musique: le chef et compositeur livre des pages passionnantes et précises sur la répétition d’orchestre, le fonctionnement de cette "société idéale" qu’est l’orchestre, sur les œuvres et les musiciens qui ont le plus compté pour lui – Xenakis, Boulez, Markevitch, Karajan... Le livre contient également des considérations philosophiques et esthétiques, qui éclairent d’un jour nouveau la démarche du musicien. Des souvenirs personnels, enfin, racontés avec l’intelligence et la sensibilité qui sont les siennes, et qui ne manquent pas d’être marquées par la terrible affaire qui a bouleversé sa vie. Confession intime, savante, tragique, émouvante, et souvent drôle, d’un Tabachnik humaniste qui nous offre un hymne à la vie et à son mystère, que pour lui seule la musique est capable d’exprimer.

(photo © Jean-Baptiste Millot)