Stéphane Bovon

Stéphane Bovon est né en 1970 à Château-d'Oex; il vit depuis l’âge adulte sur la Riviera vaudoise (outre son séjour à New-York dans les années 1990). Il est marié et a un enfant.
Employé de commerce de formation, il a ensuite bifurqué en Lettres à Lausanne.
Il a été comptable, agent de sécurité, serveur; il enseigne l'anglais depuis 1999 et dirige Hélice Hélas Editeur depuis 2011 (après avoir dirigé les éditions Castagniééé de 2000 à 2011).
Il a voyagé dans toute l'Europe, au Proche-Orient, en Amérique centrale et a vécu de longues années à New York. Artistiquement, il est comédien, illustrateur, auteur de bande dessinée et écrivain.
L'oeuvre littéraire qui l'habite est GERIMONT, un cycle de 10 romans qui racontent une Suisse fantasmée et complexe; le cycle doit l'occuper jusqu'en 2025 (en bon postmoderne, tout le cycle est structurellement pensé, il n'y a plus qu'à écrire).

 

GERIMONT
La Suisse n'a pas produit de récit épique à l'image de la Divine comédie, du Paradis perdu ou de Faust.
Nous avons connu depuis les années 50 un moment socio-culturel labellisé "postmodernité".
La postmodernité est antinomique avec le récit épique. Mais elle est aussi jeu et ironie; de là, l'idée de l'auteur, qui fait paradoxalement sens: écrire un récit épique et postmoderne, suisse de surcroit. Ce sera "Le cycle de Gérimont".
"Le cycle de Gérimont" est une suite de dix romans qui racontent une Suisse fantasmée, dans un futur assez proche, après un événement diluvien qu'on appelle La Montée. De fait, il s'agit d'une Suisse avec un niveau de la mer qui a monté de mille mètres.
Les protagoniste du cycle vont être amenés à parcourir la Suisse qui est en quelque sorte triplement insulaire: isolée du reste du monde, constituée de différentes zones qui sont autant d'îles désormais - et insulaire métaphoriquement.
"Le cycle de Gérimont" se veut une lecture dense située sur plusieurs niveaux. Les points de vue narratifs se dédoublent et se croisent, les narrateurs ne sont que partiellement omniscients, chacun connaît un bout de vérité qui explique l'ensemble du cycle et ce n'est que progressivement, par des chemins de traverse, que le lecteur prend conscience de l'ampleur du projet. En parallèle, les héros sont amenés à évoluer dans des multivers.
Dans une logiquement de décloisonnement des formes qui fait écho au fond, l'auteur intègre du dessin et de la bande dessinée dans la prose. Le projet est multimédia (pour reprendre un terme à la mode) et, bientôt, le théâtre, la vidéo et la musique seront convoqués.
Les dix romans qui constituent le cycle sont pensés et découpés. Le premier livre, Gérimont, est sorti en 2013, le second, La lueur bleue, en 2014, le troisième, Les deux vies de Louis Moray, est sorti en novembre 2015.
D'autres auteurs seront progressivement amenés à nourrir le cycle avec des productions propres.
Le cycle se terminera en 2025.
En bon postmoderne, l'auteur invoque, en les citant parfois explicitement, une foule d'artistes immenses qui l'ont précédé, dans le désordre: Borges, Edgar Poe, Wells et Verne, Ishmael Reed, Philip K. Dick, Jacques Abeille et Pierre Yves Lador (la liste est le contraire de l'exhaustivité).