Alexis Jenni

Alexis Jenni, né à Lyon en 1963, a grandi dans le Bugey, entre montagnes, lacs et forêts. Agrégé de sciences naturelles, il a enseigné dans un lycée de Lyon. Il reçoit le prix Goncourt 2011 pour son premier roman publié, L’Art français de la guerre (Gallimard). Il a depuis publié romans et essais, c’est ici sa première biographie, consacrée à un homme de nature, bien sûr.

 

J’aurais pu devenir millionnaire, j’ai choisi d’être vagabond (Paulsen)

« C’est l’homme le plus libre que j’ai jamais rencontré » disait de lui Theodore Roosevelt. Né en Écosse, débarqué à dix ans aux États-Unis, installé dans la région des Grands Lacs, il travaille sans relâche dans la ferme familiale, mais lève parfois la tête pour s’émerveiller de la nature environnante. Le soir, il invente des objets mécaniques qu’il présente en ville comme, par exemple, cet appareil pour le sortir automatiquement du lit à l’heure du lever. Très vite, John Muir s’interroge sur le sens de cette vie de forçat, alors qu’il pourrait vivre en autonomie dans la nature. Il quitte alors le Wisconsin et sillonne le pays à pied jusqu’en Californie. Dès lors, il parcourra le monde. Figure mythique aux États-Unis, créateur des parcs nationaux, John Muir posa clairement la question du sens de la vie dans la nouvelle société industrielle et industrieuse et il y a répondu, par son mode de vie, en termes tout aussi clairs...

Alexis Jenni, qui fut professeur de sciences naturelles, revient à ses premières amours à travers ce portrait très personnel, attachant et fouillé d’un homme inspirant.

 

(Photo © Antonin Jenni)