Maxime Maillard

Maxime Maillard a des allures de Cingria du XXIème siècle, sorti de la Sorbonne autant que des alentours du château de Coppet qu’il a parcouru depuis tout petit. Jeune trentenaire habitant Genève, il donne à penser et – sous couvert de nous emballer dans sa berline – nous fait marcher dans sa trace d’original dégingandé. Il travaille dans la critique culturelle pour différents médias. Monsieur vitesses est paru aux éditions D'autre part en 2014.

Premier ouvrage de l’auteur, ce recueil en forme d’archipel de proses et de poèmes puise dans le courant d’un compagnonnage invisible. La voix de celui qui écrit se mêle à celle d’un proche parfois lointain, entre invitation et visitation, un peu comme on fait le tour d’un jardin. Refrains obsédants, soulèvements joyeux, balades impromptues, états d’âmes, extraits de conversation, autant de sèves qui forcent un passage, passent et parfois reviennent. Parce que chaque vivant est une proposition à la fois banale et inédite pour grandir et s’accorder aux rythmes qui le traversent.

(Photo © Augustin Rebetez)