Nicolas Rey

Nicolas Rey a publié six romans: Treize minutes, Mémoire courte, lauréat du Prix de Flore, Un début prometteur, Courir à trente ans, Vallauris Plage, Un léger passage à vide, L’amour est déclaré et un recueil de chroniques, La Beauté du geste, ainsi que le scénario de La Femme de Rio au Diable vauvert, César du court-métrage 2015. Longtemps chroniqueur sur France Inter avec Pascale Clark, il a créé avec Mathieu Saïkaly le duo les Garçons Manqués qui se produit en 2015 dans toute la France et chaque mardi à la Maison de la Poésie à Paris.

 

Les enfants qui mentent n’iront pas au paradis
Dans Paris, l’ambiance est à la fin du monde annoncée.
 À quarante ans, Gabriel est un homme faible, déstructuré par sa rupture avec Justine, son dernier grand amour. Écrivain précaire, déjà divorcé et père d’un petit garçon, Hyppolite, il rencontre à la rentrée des classes l’institutrice de son fils. Divorcée par deux fois et mère de trois enfants, cette cinquantenaire a monté, en parallèle de son métier, une activité lucrative de location de déguisements. Belle comme Sigourney Weaver, elle mène son monde et croit à des valeurs libérales et autoritaires qui l’ont conduite au Parti National.
 Gabriel tombe amoureux et devient sous sa poigne dealer de costumes, croisant la nuit des individus doubles qui trompent leur ennui mais fréquentant aussi meetings et réunions du Parti. Déchiré, il se révèle incapable de partager la vie et les convictions de celle qu’il aime...
Gabriel est un double de fiction assumé de l’auteur, et les fans retrouveront à ses côtés l’agent fou et la redoutable éditrice parmi une galerie de portraits ordinaires ou fantasques, drôles et impertinents comme seul Nicolas Rey sait l’être. Mais passant à la fiction, il réussit à dire davantage que le malheur d’un romantique désenchanté: il parvient à saisir les fracas de notre temps et la crise morale d’une époque qui ne l’est pas. D’une question politique hier encore tabou, et qui se révèle finalement traverser la société française, il a écrit, de façon quasi prémonitoire, un magnifique roman. Sans jamais perdre ni sa grâce, ni sa légèreté.

(photo © Jean-Philippe Baltel)

Programme de l'auteur