Yasmina Khadra

Yasmina Khadra est né en 1955 dans le Sahara algérien. Il est notamment l'auteur d'une trilogie saluée dans le monde entier, Les Hirondelles de Kaboul, L'Attentat et Les Sirènes de Bagdad, consacrée au dialogue de sourds entre l'Orient et l'Occident. La plupart de ses romans sont traduits dans plus de quarante pays. L'Attentat a reçu, entre autres, le prix des Libraires. Ce que le jour doit à la nuit a été élu meilleur livre de l'année 2008 par le magazine Lire et a reçu le prix France Télévisions. Il a reçu le Grand Prix de Littérature Henri Gal (Académie Française/Institut de France) en 2011 et le Time for Peace Litteratury Award (États-Unis) en 2012.

 

Le sel de tous les oublis (Julliard)

Alors que l'Algérie célèbre son indépendance, Adem Naït-Gacem, un instituteur de la classe moyenne, voit sa vie s'effondrer en même temps que sa femme le quitte. Sans attaches, incapable de se relever de cette perte, il sombre dans le désespoir. Après avoir abandonné son poste d'enseignant, Adem rallie le camp des marginaux, des naufragés de la vie, marchant sur les chemins, tel un vagabond, au gré de ses rencontres de fortune : un vieillard aveugle au chant hypnotique, un psychiatre lecteur de Gogol et de Pouchkine, un nain en quête d'une amitié sincère... Qu'ils soient cafetiers ou saltimbanques, soldats ou hommes de Dieu, tous tendent à Adem un miroir cruel : celui d'une société pleine d'espérance, dont il se sent désormais exclu ; celui d'une rédemption en laquelle il refuse de croire. Jusqu'au jour où il s'éveille à ses vieux démons. Avec ce roman philosophique, Yasmina Khadra nous offre une méditation profonde sur la possession et la rupture, le déni et la méprise, et sur la place réductrice qu'occupent les femmes dans les mentalités obtuses.

 

(Photo © Géraldine Bruneel)