Les Pays-Bas

La littérature des Pays-Bas est bouillonnante, diverse et sans tabou. Pour beaucoup d’entre vous, notre pays, situé quelque part dans le nord, fait probablement figure de région exotique. Et pourtant, nous sommes si proches.

Qui ne connaît pas les chefs-d’œuvre de Rembrandt, de van Gogh ou de Vermeer ? Erasme et Spinoza ont vécu une partie de leur vie aux Pays-Bas. Le Journal d’Anne Frank est mondialement connu. Mais qui sont actuellement nos grands noms ?

En tant que professionnels et grands lecteurs, vous connaissez probablement les noms de certains de nos auteurs contemporains : Cees Nooteboom, Anna Enquist, Rutger Bregman ou Marieke Lucas Rijneveld, mais il y a de nombreux autres écrivains néerlandais qui savent raconter des histoires, qui guettent l’actualité, portent un regard curieux et ouvert sur le monde, savent se montrer spirituels et ironiques et qui ont quelque chose à dire au lecteur suisse.

La littérature néerlandaise n’a pas un seul visage, mais de multiples. Dans La chute, Camus fait dire à son personnage : « La Hollande est un songe » : ce rêve débouche sur le monde, actuellement plus que jamais. Dans l’œuvre des grands écrivains d’après-guerre, W.F. Hermans et Harry Mulisch, l’ombre de la guerre n’est jamais très loin. Hella S. Haasse, dans ses romans, a suivi les traces de Multatuli, avec l’époque coloniale en toile de fond, un thème qui d’ailleurs se retrouve chez plusieurs auteurs contemporains.

Les Pays-Bas comptent des auteurs de grands romans psychologiques  -on pourrait citer Anna Enquist en exemple, de grands  écrivains voyageurs comme Cees Nooteboom et Adriaan van Dis, des auteurs de grandes fresques à l’américaine comme la trilogie de Peter Buwalda et les romans du conteur né Tommy Wieringa ; et puis il y a la jeune génération cosmopolite, celle de Niña Weijers, Hanna Bervoets et Marieke Lucas Rijneveld, qui s’intéresse au monde actuel et qui retient pour thème l’identité et ses nombreuses embûches. Nos auteurs littéraires de non-fiction (Jan Brokken, Frank Westerman, Eva Meijer) regardent loin au-delà des frontières et du temps, tout comme le romancier et poète flamand Stefan Hertmans, d’expression néerlandophone.

La Fondation néerlandaise des lettres est ravie de pouvoir présenter quelques-uns de nos écrivains au festival Le livre sur les quais de Morges, en septembre prochain. Ils seront interviewés, participeront à des débats et des tables-rondes. Avec vous ils dialogueront et échangeront des idées sur les bords du lac et du magnifique boulevard de votre ville.

 

Fondation des Lettres Néerlandaises

 

La Fondation néerlandaise des Lettres stimule, grâce à des bourses et des subventions aux auteurs, traducteurs, éditeurs et festivals, la qualité et la diversité de la littérature et contribue à la diffusion et à la promotion de la littérature en langue néerlandaise et frisonne au plan national comme international. De cette façon, la Fondation néerlandaise des Lettres veut participer à la création d’un climat riche et diversifié dans lequel une littérature importante et de qualité peut voir le jour, pour être ensuite diffusée avec succès  à l’étranger.

La Fondation néerlandaise des Lettres organise des manifestations de grande ampleur à l’étranger,  autour de grands écrivains néerlandais et avec leur concours, en collaboration avec des institutions littéraires étrangères, des éditeurs et des salons littéraires. C’est ainsi qu’en 2016  les Pays-Bas et la Flandre ont été les pays invités à la Foire du livre de Francfort, autour du thème « This is what we share - Dies ist, was wir teilen ». Avec sa grande campagne  « Les phares du Nord », la Fondation néerlandaise des Lettres s’adresse depuis 2018 au marché du livre français ; plus de 100 auteurs sont intervenus au cours de 20 festivals différents dans toute la France. Depuis 2019, la littérature néerlandaise bénéficie d’une plus grande diffusion sur le marché britannique grâce à la campagne New Dutch Writing.