Charles Dantzig

Charles Dantzig est écrivain et éditeur. Il dirige la collection et la revue "Le Courage", chez Grasset. Il a  édité dans "Bouquins" les œuvres de Remy de Gourmont et préfacé celles d’Alexandre Vialatte.

 

Les écrivains et leurs mondes
Dans sa préface, Charles Dantzig résume ainsi l’origine de son livre: "Un dictionnaire de littérature écrit par un écrivain, j’y pensais depuis longtemps. Quelqu’un qui parle de l’intérieur. Des livres d’universitaires sur la littérature il y en avait beaucoup, mais ils ne m’avaient jamais donné d’autre impression que celle de commentaires sur le sujet des livres, leur moralité, leur intérêt temporaire, très éventuellement leur style."
Dantzig a réussi à faire un livre de référence du texte le moins académique qui soit, un ouvrage brillant et érudit, rigoureux et facétieux, dans lequel la littérature ne cesse d’être présentée de manière vivante et incarnée. Il nous apprend quantité de choses sur les écrivains et leurs mondes en privilégiant un point de vue extrêmement personnel et subjectif, à la fois sérieux et plein de drôlerie. Beaucoup de ses formules incisives sont restées. Ainsi, à propos de Paul Claudel: "Le huitième jour, Dieu créa Paul Claudel, il avait envie de se moquer du monde." Tout en s’employant à déboulonner certaines idoles de l’histoire littéraire, il parle magnifiquement des écrivains qu’il admire et qui ne sont pas toujours situés selon lui à leur véritable hauteur. Il affiche ses goûts et ses détestations avec une liberté de ton et une vivacité de plume saluées par la critique et le public. Couronné par le prix Décembre et le prix de l’essai de Académie française, entre autres, lors de sa parution en 2005, ce Dictionnaire hors normes a été un grand succès de librairie, avec près de 100 000 exemplaires vendus (grand format et poche). Dans un essai précédent et l’un de ses premiers livres, La Guerre du cliché (Les Belles Lettres, 1998), réédité dans ce "Bouquins", il évoque l’un de ses thèmes de prédilection et un élément essentiel de son esthétique: la place du cliché en littérature et ses dangers, sous la forme d’un dialogue dans lequel on reconnaît la marque d’Oscar Wilde.
Dans un essai inédit intitulé Ma république idéale, Charles Dantzig développe une longue réflexion, à sa manière, mordante, vive et spirituelle, sur la situation de la création contemporaine et les périls que la tentation du populisme sous prétexte de réalisme font peser sur la littérature et la fiction, derniers garants à ses yeux de la liberté de pensée.

(photo © Jean-François Paga)

Programme de l'auteur

Vendredi

17h00-19h00 Dédicaces 

Samedi

10h30-12h30 Dédicaces 
14h00-15h00 Dédicaces 
15h30-17h00  L’amour des écrivains