Hanne Ørstavik

Hanne Ørstavik est née en 1969, dans le Finnmark, la partie la plus septentrionale de la Norvège. Elle est une des auteurs norvégiennes contemporaines les plus admirées. Chacune de ses parutions est très attendue, souvent acclamée et parfois controversée. L'émotion vive suscitée par ses livres parmi les lecteurs et les critiques a grandement contribué à la place unique qu'elle occupe dans le paysage littéraire de son pays. En 2002, elle a reçu le prix Dobloug pour l'ensemble de son œuvre et en 2004, après plusieurs romans et nouvelles, le prestigieux Brageprisen, pour son livre Presten publié en 2008 aux Allusifs sous le titre La Pasteure.

 

Place ouverte à Bordeaux
L'héroïne, mère d'une fille de seize ans, divorcée, est artiste plasticienne. Un matin, elle lit un article d'un critique d'art qu'elle ne connait pas, mais dont chaque mot la touche. Elle trouve son numéro de portable et, après vingt-quatre heures de tergiversations, lui envoie un texto pour lui dire qu'elle a aimé son article. Il lui répond un peu laconiquement. Et puis, finalement, lui envoie un autre message dans lequel il lui propose de se rencontrer. Elle part passer le week-end à Bergen. Ils dorment ensemble, sans se toucher. Il la raccompagne à l'aéroport et lui dit qu'ils voudraient qu'ils deviennent des amoureux. Elle refuse en riant. Et, de fil en aiguille, ils le deviennent.
Elle vient de s'ouvrir physiquement, elle n'a auparavant pas eu de place pour l'amour physique, la jouissance. Elle a eu tout son contrôle. Mais alors qu'elle découvre la communion physique et que cela devient important pour elle, Johannes la lui refuse. Leurs relations sexuelles sont sporadiques, sans engagement de la part de Johannes, qui se complaît en revanche à lui raconter ses aventures avec d'autres, ses visites dans des clubs de strip-tease, ses séances d'échangisme. Leur relation devient sado-masochiste.

(photo © Linda Engerlberth)