Alexandre Lacroix

Présence durant l'édition :

2021

Alexandre Lacroix est directeur de la rédaction de Philosophie magazine depuis son lancement en 2006, un journal qui diffuse dans une forme accessible les concepts et les textes parfois ardus de la philosophie classique et contemporaine auprès d’un large public. Il est président et cofondateur d’une école d’écriture, Les Mots (www.lesmots.co), dont les ateliers animés par des écrivains chevronnés, réunissent chaque année 3000 participants désireux de s’initier à l’art d’écrire et de raconter. Professeur à Sciences Po depuis 1998, il donne des cours d’humanités politiques et d’écriture créative. Alexandre Lacroix a publié plus d’une vingtaine d’essais et de romans, parmi lesquels, chez Allary Éditions, Devant la beauté de la nature (2018) et Microréflexions (2019). Son dernier roman est La Naissance d’un père (Allary Éditions, rentrée littéraire 2020), l’épopée de sa propre expérience de la paternité. Il est également l’auteur de cinq albums pour la jeunesse dont la série des Petits dragons (Père Castor, illustrée par Ronan Badel), traduite dans une quinzaine de pays.

 

Comment ne pas être esclave du système (Allary Éditions)

Nous sommes de plus en plus nombreux à en rêver : échapper au système, à cette maximisation du profit, partout, tout le temps, qui ravage nos sociétés et la planète. Mais rompre avec le mode de vie dominant exige des sacrifices que peu d’entre nous sont prêts à consentir. Entre la pleine adhésion et la fuite, un chemin existe-t-il ? Oui, répond Alexandre Lacroix, qui plonge aux racines de notre malaise en dévoilant la logique de notre modernité connectée, ce monde où l’auto-entrepreneuriat, le télétravail et les vérités alternatives déclinées sur les réseaux sociaux effacent les frontières entre sphère publique et sphère privée, temps de travail et temps de loisir, exploiteur et exploité, vrai et faux. Mettre à nu cette mécanique donne à chacun de nouveaux repères et nous permet d’introduire du jeu. En s’affranchissant de l’utilitarisme dominant, en se donnant un idéal non négociable qui guidera notre action, il est possible de reprendre en main les rênes de nos existences.

 

(Photo © Serge Picard)