Carlo Crisci

En plus de trente ans aux fourneaux du Cerf, à Cossonay (VD), Carlo Crisci, 58 ans, a été plusieurs fois récompensé pour son art culinaire. Notamment par la Clé d’or de la Gastronomie, deux étoiles Michelin et un 18/20 au GaultMillau. Mais ce qui fait avant tout de lui un chef remarquable, c’est le perpétuel émerveillement gastronomique qui le guide et qu’il sait si bien exprimer et partager. Sa grande technique, il l’utilise en virtuose, avec inventivité et parfois facétie. «Mon Graal, c’est l’émotion, celle que j’essaie de provoquer, explique Carlo Crisci. Elle va de pair avec le plaisir que j’ai à faire la cuisine en m’amusant, un plaisir que j’aime partager.» Carlo Crisci est né le 6 novembre 1956, à la maternité de Saint-Loup, à Pompaples (VD). Son père et sa mère étaient des immigrés italiens, venus de Roscigno, un petit village situé à 150 kilomètres au sud de Naples.

Le chef étoilé du Cerf, à Cossonay, fait une cuisine riche en émotions. Où prend-elle sa source? Comment Carlo Crisci, fils d’un immigré du Sud de l’Italie, est-il devenu l’un des dix meilleurs cuisiniers de Suisse? Sa biographie nous mène sur les lieux de son enfance; nous le montre, jeune homme, suffisamment culotté pour inviter la reine d’Angleterre, ou distrait au point de sortir sans pantalon. Elle décrit comment, hors des sentiers battus, il a créé une cuisine enchanteresse. Un récit parsemé d’anecdotes, empreint de drôlerie, de gravité parfois. D’émotions, c’est sûr.

(Photo © Sedrik Nemeth)