Dunia Miralles

Cumulatrice de paradoxes, elle née à Neuchâtel et vit à La Chaux-de-Fonds. Le jour elle écrit, marche dans les forêts et pâturages jurassiens, parle aux animaux des fermes qu’elle croise. La nuit, elle étudie les faces cachées de l’être humain, gratte jusqu’à l’os où ça fait mal. La formation de comédienne et de metteur en scène acquise au Cours Florent à Paris, Dunia Miralles s’en sert pour écrire ses textes selon la méthode théâtrale de l’Actors Studio. Les situations qu’elle analyse sont vécues dans sa chair afin d’en éprouver l’intensité, ce pourquoi son écriture est à l’opposé d’un style distancé.

Il arrive qu’elle plonge dans des abysses où nulle lumière n’arrive.  Avant sa dissolution dans la fange des grands fonds, des courants variés la poussent se reconstituer à l’air libre. L’oxygène lui permet de s’envoler en s’approchant si près du soleil, qu’elle retombe en cendres sur de nouveaux océans. Dunia Miralles est l’auteure du livre-culte Swiss trash (2000) et de Fille facile (2012). Inertie, son nouveau roman paru en 2014 à l'Âge d'Homme, pénètre les états d’âmes d’une assistée sociale qui, autrefois, menait la vie normale d’une jeune femme de la classe moyenne.

Inertie raconte l’histoire d’une femme de quarante-deux ans, qui après avoir tout perdu, vit grâce à l’assistance sociale. Agoraphobe, elle reste enfermée dans son appartement, ne sort que pour acheter des cigarettes et parfois à manger. Au rythme de son inertie, entre les pensées obsessionnelles qui traversent son esprit dépressif, on découvre son passé, les motifs qui l’ont plongée dans cette situation et les personnes qui l’entourent.

Peu à peu, se révèle la vie de sa mère possessive, de ses voisins – Chloé la toxicomane qui se prostitue, Skate et Ninja deux punks qui abritent un zoo dans leur studio, Magali la ménagère qui se retranche derrière ses deux fils, Fulvio l’ouvrier récemment séparé, les da Silva un couple portugais et leurs deux enfants adolescents qui se veulent intégrés en Suisse, la famille Djemba, des Africains dont on se méfie... - ainsi que la ville où elle habite. Béa tente d’ignorer ce qui se passe autours d’elle, s’en protège, mais elle verra son inertie chamboulée par l’arrivée de Prune, une fillette qui ne parle jamais, ainsi que par Fulvio dont elle tombe amoureuse, deux personnes qui lui redonneront espoir en l’existence. Malheureusement, la vie qui est rarement tendre avec les écorchés, lui rappellera que lorsqu’on a touché le fond, il est difficile de s’en sortir.

(Photo © Shelley)