Eugène Trivizas

Eugène Trivizas, né à Athènes en 1946, docteur en droit, enseigne la criminologie comparée à l’université de Reading, en Angleterre. Mais il figure aussi parmi les plus grands auteurs grecs de livres jeunesse: lauréat de nombreux prix internationaux, finaliste du prix Hans Christian Andersen en 2006, nominé pour le prix Astrid Lindgren 2015. Ses œuvres sont traduites en dix-sept langues.
Dans ses textes, servis par une imagination exubérante et une grande inventivité verbale, il recrée un monde à sa façon. Pour mieux interroger le nôtre… Son célèbre album, Les trois petits loups et le grand méchant cochon, traduit de l’anglais par Fanny Joly, conte détourné, renverse le stéréotype du mauvais rôle que joue le loup dans le conte traditionnel, pour délivrer un message de paix. Par le biais d’un récit humoristique, l’auteur alerte le lecteur sur des sujets graves. Le Dernier Chat Noir, traduit du grec par Michèle Justrabo, est une fable allégorique sur le racisme en temps de crise, et le spectre du totalitarisme. La Guerre de la pantoufle perdue ironise sur les va-t-en-guerre, s’ingéniant à prendre la défense de l’enfance et du rire. Les Oreillers magiques dépeignent un univers cauchemardesque où un tyran contrôle jusqu’au sommeil de l’individu. La Promesse du bonhomme de neige, traduit par Gilles Decorvet, livre, outre un tableau critique de notre société de consommation, une belle leçon d’amitié.
Les romans d’Eugène Trivizas, pleins d’action, de verve et d’humour toujours, ponctués de chansons, sont souvent adaptés au théâtre ou au cinéma. Ainsi, Le Dernier Chat Noir a donné lieu à une adaptation filmique et, tout récemment, théâtrale.
Une œuvre ingénieuse et forte qui s’adresse à un large public de jeunes et d’adultes.