Gaëlle Nohant

Née à Paris en 1973, Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon. Le Dormeur éveillé est son troisième roman après La Part des flammes (prix France bleu/Page des Libraires, 2015 et prix de Livre de Poche, 2016) et L’Ancre des rêves (Robert Laffont, 2007, prix Encre Marine). Elle est également l’auteur d’un document sur le rugby et d’un recueil de nouvelles, L’Homme dérouté.

 

Le Dormeur éveillé

Robert Desnos a vécu mille vies – écrivain, critique de cinéma, chroniqueur radio, résistant de la première heure –, sans jamais se départir de sa soif de liberté. Pour raconter cette vie, aussi héroïque qu’engagée, Gaëlle Nohant a épousé les pas du poète, des Halles au boulevard du Montparnasse, non sans un détour par la butte Montmartre. Elle a écouté les battements de son cœur dans l’atelier de la rue Blomet, a suivi les séances de spiritisme durant lesquelles il ouvrait les vannes de son inconscient, s’est assise aux terrasses des cafés en compagnie d’Éluard, Man Ray, Picasso ou Garcia Lorca ; s’est enivrée aux bordels avec André Breton et Emmanuel Berl, s’est droguée chez Yvonne, son étoile inaccessible, et a dansé des nuits entières au Bal nègre aux cotés de Kiki et de Jean-Louis Barrault.

Pour ce voyage avec Desnos, elle puise dans la puissance d’évocation de la littérature, citant son œuvre, sondant les âmes en médium, endossant le costume des surréalistes. Elle l’accompagne, en se mettant dans la peau de son grand amour, Youki, jusqu’à sa déportation et sa mort au camp de Theresienstadt. Elle ressuscite le bouillonnement du Paris des années trente, les déchirements politiques des artistes plongés dans la tourmente de l'Histoire, du Front populaire à l’occupation. Son investigation littéraire est fabuleuse, subtile et magistrale. Une traversée du XXe siècle, vivante et tumultueuse, dans les pas d'un héros dont on ne peut que tomber amoureux.

 

(Photo © David Ignaszewski / Editions Héloïse d'Ormesson)