Iván Repila

Iván Repila est né à Bilbao en 1978. Il est auteur, éditeur et administrateur culturel. Co-fondateur des éditions Masmédula, qui publient principalement de la poésie contemporaine, il a collaboré avec différentes structures et institutions nationales et internationales autour de la production de projets culturels (théâtre, musique et danse). Il est l’auteur de deux autres romans, dont Le Puits, publié dans plusieurs langues et en France chez Denoël en 2014. Prélude pour une guerre est son troisième roman, le premier publié chez Jacqueline Chambon

 

Prélude pour une guerre (Jacqueline Chambon)

Architecte de renom, Emil Zarco est choisi pour réaliser un projet d’envergure, le plus ambitieux de sa carrière : créer un espace urbain au sein duquel il a carte blanche pour mettre en pratique ses nombreuses idées philosophiques sur l’essence et la destinée de l’humanité. Selon lui, nous sommes tous liés par un but commun et universel qui nous définit au-delà des frontières et des époques. Il croit profondément que l’être humain en tant qu’espèce doit évoluer à travers le temps et l’espace, tendre vers le progrès et construire le meilleur des mondes possible. C’est là la seule façon d’accéder à l’immortalité.

Peu de temps après avoir commencé à travailler sur ce projet d’architecture, Emil découvre qu’il ne peut pas avoir d’enfant. Sa femme, Oona, propose plusieurs solutions, mais la stérilité de son mari devient un problème dans leur couple. Emil glisse en effet peu à peu dans une spirale auto-destructrice qui va le conduire à créer un espace totalement inhabitable et inhospitalier, reflet de son désespoir et de sa colère de ne pas pouvoir assurer une descendance à ses ancêtres et créer un être susceptible d’hériter de ses idées. Oona, qui ne peut plus faire face aux luttes intérieures de son mari, disparaît.

Au même moment, dans la même ville, un homme veut s’extraire de la société, qui ne le comprend pas. Il arrête de communiquer. Le Muet refuse toute compagnie ou attache personnelle. Son seul compagnon est un énorme chien, sombre cerbère qui le suit partout dans ses errances à travers la ville. Il a lui-même vécu un traumatisme – la mort de sa femme et de sa fille – et passe son temps à observer les habitants, sans jamais s’impliquer dans une quelconque relation, tout en essayant de trouver un sens à ce monde qui lui en paraît totalement dénué. Lors d’une de ses errances, il aperçoit Oona, qui lui rappelle sa femme défunte et l’oblige à revenir sur son vœu de silence. Sera-t-il capable de communiquer avec elle et de partager ce qu’il n’a pu partager dans une autre vie ? Peut-il racheter ses erreurs passées avec des mots ? Progressivement, le Muet deviendra le chef de file d’un mouvement composé de tous les laissés-pour-compte de la ville, de tous les marginaux vivant dans l’ombre.

Personnage principal du roman, la ville sera à la fois le terrain de jeux des sentiments divergents de ces deux personnages, mais aussi leur témoin et leur champ de bataille. Emil vit la ville comme un chaos et fait un cauchemar récurrent au cours duquel des gens tombent de tours et s’écrasent au sol, tandis que le Muet la perçoit comme une énigme qui reste à déchiffrer.

Le thème de l’urbanisme fournit sa structure au roman, construit autour de l’élaboration de ce projet architectural : 1) le dessin ; 2) le plan ; 3) la réalisation du projet ; 4) la construction ; 5) l’occupation.

 

(Photo © Ana-Cristina Câmara)