Jacqueline Girard-Frésard

Jacqueline Girard-Frésard née en 1949 vit et travaille à Genève. Amante de l'écriture, à partir du mot, elle est entrée dans le silence du langage et a poursuivi des études d'orthophoniste. Elle est devenue psychothérapeute. Elle a collaboré à des recherches scientifiques sur la violence, elle a été admise à la Société suisse de psychanalyse où elle est membre, puis membre formatrice. Jacqueline Girard-Frésard poursuit son activité de clinicienne parallèlement à celle de l'écriture. Confrontée à sa propre intimité, elle a redonné naissance à des images de l'enfance, du père, de la mère, des lieux dont elle est. Son premier roman est publié en 1997 aux éditions de la Prévôté, les trois suivants au Cherche-Midi à Paris. Un Essai sur Les peurs des enfants est publié chez Odile Jacob. Actuellement, elle navigue entre son travail et ses publications scientifiques tout en accordant une place essentielle à l'écriture littéraire. Elle est membre de la Société genevoise des écrivains et finaliste du Prix Georges Nicole 1997.

 

Et fais miroir

 

Le voyage de Pierre et de Madeleine à travers la séduction, l’amour, la passion et l’emprise.

Qu’a-t-il donc à lui dire?

Au fil du récit, le personnage de Madeleine rencontre celui de la narratrice et mène à une réflexion sur l’amour plutôt que sur une histoire d’amour.

L’amour est un mouvement, une attraction vers la symbiose, puis une extraction vers la différenciation. L’amour, comme une pompe, se gonfle et se dégonfle. Lorsque la relation amoureuse devient emprise, l’autre aimé devient sa chose, sa possession. La confusion alors brouille les pistes par une défaite du moi qui n’a pas été aimé pour lui-même. C’est par la peau, la sensualité, le corps, que Madeleine renaît avec cette nouvelle conviction:

Si on ne quittait personne, rien ne recommencerait!