Jacques Secretan

Jacques Secretan est né à Lausanne en 1951. Après ses études à lʼUniversité, il a été actif comme journaliste RP dans plusieurs medias helvétiques, dont la Radio romande et lʼAgence télégraphique suisse et comme rédacteur en chef de publications spécialisées. Il est actuellement journaliste indépendant et sʼest notamment fait connaître par la publication d'articles et de livres sur la peine de mort et les erreurs judiciaires aux Etats-Unis.

 

Une condamnation bâtie sur du sable
En 2012, le journaliste Jacques Secretan assiste au procès en première instance de Laurent Ségalat qui est accusé d’avoir tué sa belle-mère Catherine Ségalat, un soir d’hiver enneigé dans sa maison de Vaux-sur-Morges. Tel un greffier de tribunal, il prend note scrupuleusement du déroulement des débats.
L’acquittement prononcé par la Cour est discuté, la vérité difficile à établir. Afin de permettre à chacun de se faire une opinion, il publie ses notes, sans prendre position, dans le livre intitulé Le procès Ségalat: un acquittement contesté. Six mois plus tard, suite au recours déposé par le procureur cantonal éric Cottier, un deuxième procès a lieu auprès de la Cour de cassation pénale du canton de Vaud. Cette fois-ci, Laurent Ségalat est condamné à seize ans de prison, une peine ramenée à quatorze ans par le Tribunal fédéral. L’accusé est resté confiné en France et ne purge pas sa peine. Ce revirement est confirmé par les instances de recours, mais aucun fait nouveau n’a été avancé et l’affaire reste mystérieuse. Cette fois-ci, Jacques Secretan approfondit l’enquête et en conclut qu’il s’agit d’une condamnation bâtie sur du sable... D’où ce nouveau livre.