Jean d’Aillon

Jean d'Aillon, né en 1948, vit à Aix-en-Provence. Docteur d'État en sciences économiques, il a fait une grande partie de sa carrière à l'université en tant qu'enseignant en histoire économique et en macroéconomie, puis dans l'administration des Finances. Responsable durant plusieurs années de projets de recherche en économie, en statistique et en intelligence artificielle au sein de la Commission Européenne, il a démissionné de l'administration des Finances en 2007 pour se consacrer à l'écriture. Sa spécialité: les romans policiers !

Une lettre en écarlate
Le 21 mai 1420, la reine de France signait un traité par lequel le roi Charles VI reconnaissait son gendre Henri V d’Angleterre héritier de la couronne de France. Un an plus tard, l’eau d’une fontaine voisine de la porte Saint-Honoré devint rouge et le peuple resta convaincu qu’il s’agissait du signe précur- seur de quelque désastre. Au même moment, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, est chassé de l’hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, maître Holmes trouve logis chez le bonnetier Bonacieux, où il partage la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d’Azincourt. Dans un Paris où règnent la faim, le froid et la misère, Edward Holmes entreprend de gagner sa vie en rédigeant des demandes de rémission, ces suppliques au roi qu’envoyaient les familles et les amis des condamnés afin d’obtenir leur grâce. C’est à cette occasion qu’il met au jour un complot dans lequel les conjurés veulent entraîner son ami Watson...

(photo © Hannah Assouline)