Jean-Paul Bled

Jean-Paul Bled, grand spécialiste de l’Autriche-Hongrie, retrace avec minutie l’agonie d’une monarchie qui n’a pas su s’adapter aux temps nouveaux. Cette page capitale de l’histoire de l’Europe n’avait jamais été racontée dans son ensemble. L'Agonie d'une monarchie, Autriche-Hongrie 1914-1920, est paru chez Tallandier en 2014.

Bâti sur les décombres de l’Europe napoléonienne, réformé en 1863 pour faire une place accrue à la Hongrie, l’Empire austro-hongrois pouvait sembler, en 1914, l’une des puissances les plus fortes et les plus solides du continent. C’était un empire à l’ancienne, c’est-à-dire qu’il avait l’ambition de fédérer de nombreux peuples hétérogènes. Dans les faits, des Allemands régissaient les destinées de Slaves (Tchèques, Polonais, Slovènes, etc.) et de Hongrois, lesquels cohabitaient d’ailleurs très mal entre eux.

C’est à la suite de l’assassinat du prince héritier François-Ferdinand que le vieil empereur François-Joseph s’est laissé imprudemment entraîner dans la guerre, aux côtés de l’Allemagne. Déchiré entre des na;onalités différentes, des religions antagonistes, véritable tour de Babel linguistique, l’empire n’a pas supporté le choc. Cinq ans après Sarajevo, ce sont cinq pays nouveaux, fondés sur le principe des nationalités, qui remplacèrent la double monarchie. En Autriche même, devenue un État-croupion, le jeune empereur Charles Ier (qui avait succédé à François-Joseph en 1916) dut abdiquer au bout de quelques années.