Jessica da Silva Villacastin

Jessica da Silva Villacastín est née le 14 août 1985 à Genève d’un père lisboète et d’une mère castillane. Diplômée d'un Master en Études arabes de l'Université de Genève, elle étudie également l'hébreu biblique à la Faculté de Théologie pour compléter sa passion pour les langues sémitiques.

Ses activités journalistiques débutent en 2009, lorsqu’elle intègre le comité fondateur de l’antenne genevoise de Fréquence Banane Genève, la radio universitaire locale. Elle poursuit son aventure sur Radio Cité Genève, notamment en créant l’émission de grands entretiens, Un café sur l'établi, qu’elle produira et animera jusqu’en 2013. Depuis, elle a occupé le poste de rédactrice en chef de la télévision locale Lancy TV, et est aujourd’hui en charge de la Rédaction de la première télévision régionale franco-suisse, GrandGenève TV.

En filigrane, elle affectionne et pratique l’écriture, la poésie (Embargo, Ed. Eclectica, 2014), le chant (répertoires jazz, séfarade et afro-lusophone), la peinture, le dessin et la photographie (Exposition Cobalt, 2018). Aussi, elle s’explique ainsi à propos de sa faim de création: “L’écriture est un acte de fou. Elle réduit les pensées les plus vives, les fragmente, les avilit. Il est souvent plus heureux de ne rien pouvoir tracer. Mais dans l’attente d’une solution, cet acte de fou reste bienvenu.”

 

Un boudoir sur l’Atlantique (Encre Fraiche)

 

Extrait

Quand on a compris que la norme, c'est qu'il ne se passe rien d'inattendu, on peut enfin tester sereinement de nouvelles disciplines, comme... Le yoga? Mais où cela pourrait-il se produire ? Existe-t-il encore un non-lieu porteur en lui-même d'une destination, d'une distance? Un non-lieu où je puisse éprouver le temps enfin, autrement, et ce sans y être sollicitée ? Être livrée à soi, à ce qui nous entoure, à de nouveaux possibles, avant même tout le reste et l’évidence. Ne pas pouvoir être oubliée puisque je serais sans rôle, une présence spectrale. Une nuit, au seuil d’un premier songe, je me représentai un cargo : j’avais trouvé.

 

(Photo © Astrid di Crollalanza)

 

Retrouvez l'auteure en dédicaces : Tente du Débarcadère - Place n°40