Louis-Philippe Dalembert

Présence durant l'édition :

2021

Louis-Philippe Dalembert est né à Port-au-Prince et vit à Paris. Depuis 1993, il publie chez divers éditeurs, en France et en Haïti, des nouvelles, de la poésie – notamment aux éditions Bruno Doucey –, des essais et des romans. Ses romans paraissent désormais chez Sabine Wespieser éditeur : Avant que les ombres s’effacent (2017) a remporté le prix Orange du Livre et le prix France Bleu/Page des libraires ; Mur Méditerranée, paru en août 2019, a été lauréat du prix de la Langue française, des prix Goncourt de la Suisse et de la Pologne et finaliste du prix Goncourt des lycéens. Pensionnaire de la Villa Médicis (1994-1995), écrivain en résidence à Jérusalem et à Berlin, l’auteur a été professeur invité dans de nombreuses universités américaines, notamment à l’université Wisconsin-Milwaukee. Pour y séjourner régulièrement depuis les années 1980, il connaît bien les États-Unis où, comme nombre de Haïtiens, vit une partie de sa famille. Louis-Philippe Dalembert est titulaire de la Chaire d’écrivain en résidence du Centre d’écriture et de rhétorique de Sciences Po pour le premier semestre 2021.

 

Milwaukee Blues (Sabine Wespieser)

Depuis qu’il a composé le 911, le gérant pakistanais de la supérette de Franklin Heights, un quartier au nord de Milwaukee, ne dort plus : ses cauchemars sont habités de visages noirs hurlant « Je ne peux plus respirer ». Jamais il n’aurait dû appeler la police pour le billet de banque suspect que lui a tendu dans la pénombre un type grand et baraqué pour régler son paquet de cigarettes, même si c’est la loi. S’il avait pris le temps de réfléchir, et s’il avait reconnu l’ancienne gloire locale du football américain, il se serait évidemment abstenu. La règle, quand on est musulman, et pas dupe de ce qui se passe entre la police et les noirs, c’est plutôt de ne pas s’attirer d’ennuis. Mais il est trop tard, et c’est par les medias du monde entier que lui a été révélée l’identité de son client de passage, de même que les détails de sa mort atroce, étouffé par le genou d’un flic à la tête de Kojak. La figure d’Emmett, l’homme assassiné, va se dessiner à travers les différentes voix qui s’élèvent tour à tour, succédant au monologue tourmenté du commerçant. Son ancienne maîtresse d’école, accablée en apprenant le décès d’une nouvelle victime de la violence policière et raciste, reconnaît avec stupeur dans le visage apparu à l’écran les traits du gamin grassouillet et empoté qu’elle avait pris sous son aile. Il l’avait vite attendrie, dans cette école du ghetto noir où elle avait préféré enseigner plutôt que dans le quartier propret de ses origines. À quoi ont donc servi tous les combats menés dans les années soixante et soixante-dix ? se demande-t-elle désormais. Authie, l’amie d’enfance d’Emmett, née comme lui en 1975, ainsi que Stokely, le copain dealer, se souviennent du trio inséparable qu’ils formaient – on les appelait les trois mousquetaires – jusqu’à ce qu’Emmett parte étudier ailleurs. Enfant élevé par une mère très pieuse, après que le père, chassé par la désindustrialisation, eut quitté la ville pour ne plus y revenir, il n’a jamais cédé à l’argent facile, malgré les difficultés matérielles. Bon gars, dont Authie – qu’il surnommait « Shorty », sa sister – a toujours été un peu amoureuse, il filait droit, tout à sa passion pour le football. C’est sans doute son talent pour ce sport qui lui a permis d’obtenir la bourse d’une université du Sud-Ouest pour un cursus d’informatique, même s’il n’avait jamais brillé en mathématiques. Mais intégrer une équipe universitaire lui permettrait, du moins l’espérait- il, de passer professionnel. Là-bas, son coach l’accueille comme un fils, l’encourage, lui donne confiance en lui. Sa fiancée de l’époque, une gracieuse jeune fille, blanche aux cheveux clairs, a été frappée elle aussi par le manque d’assurance de ce grand gaillard, pourtant devenu la star du campus. Tout lui sourit, jusqu’à l’accident qui l’immobilise quelques mois… Son coach lui conseille de redoubler son année. Influencé par un entourage avide, il préfère tenter d’intégrer trop tôt la sélection. L’échec fait basculer son destin. De retour des années plus tard à Milwaukee, c’est un homme contraint de collectionner les petits boulots, toujours harassé, que décrit son ex-femme, qui l’a quitté, pensant qu’elle méritait mieux. Et c’est Granny Martha, sa mère toujours aimante, toujours fidèle, qui a élevé ses trois enfants. Louis-Philippe Dalembert aentrepris l’écriture de cet ample et bouleversant roman immédiatement après la mort de George Floyd, en mai 2020. Son personnage porte le prénom d’Emmett Till, un adolescent assassiné par des racistes dans le Sud en 1955, et rend hommage à toutes les victimes, à tous ces êtres humains à propos de qui Ma Robinson, l’ex-gardienne de prison devenue pasteure, rappelle pendant les funérailles la phrase de « ce bon vieux frère Langston Hugues, “moi aussi, je suis les États-Unis” ». Car la force de ce livre, c’est de brosser de façon poignante le portrait d’un homme ordinaire que sa mort terrifiante a hélas sorti du lot. Avec la verve et l’humour qui lui sont coutumiers, l’écrivain nous le rend aimable et familier grâce à mille détails et anecdotes de son quotidien, de même que par les témoignages d’amour et d’affection qu’il a suscités de son vivant.

 

 

(Photo © Marco Castro)

Programme de l'auteur·trice

Vendredi

14h00-15h00  « La librairie francophone », RTS la première
15h00-17h30 Dédicaces 

Samedi

10h00-12h00 Dédicaces 
14h10-15h25  Radiographie d’une époque
15h30-18h00 Dédicaces 

Dimanche

9h30-11h00 Dédicaces 
13h30-15h00 Dédicaces