Marc Molk

Né en 1972, Marc Molk est peintre et écrivain. Des expositions collectives ou personnelles lui sont régulièrement consacrées ; la dernière en date, Le ciel bleu sur nous peut s’effondrer, s’est tenue à l’automne 2012 à la galerie Da End dans le 6e arrondissement de Paris. Un catalogue a été consacré à son œuvre en 2011 : Marc Molk, Ekphrasis. Une peinture en fictions (éditions Label hypothèse/ D-Fiction). Il a publié Pertes humaines aux éditions Arléa en 2006, et La Disparition du monde réel chez Buchet/Chastel en 2013.

La Provence, un grand mas dans lequel une bande d’amis passe une fois de plus ses vacances. L’été se termine, la quarantaine approche, l’amitié tire sur la corde... Par petites touches impressionnistes, Marc Molk campe dans La Disparition du monde réel une atmosphère de détente estivale et d’ancienne camaraderie, qui se fissure peu à peu pour laisser place aux désillusions, aux vieilles rancœurs, aux trahisons.

Récemment divorcé, éloigné de ses enfants, le narrateur tente de se convaincre que ses amis de toujours et les joies de la vie en communauté l’aideront à passer ce cap difficile. Mais derrière l’humour, l’ivresse et les plaisirs de l’été, le voile des apparences peu à peu se déchire, les traces mal effacées d’un drame qui a fissuré le groupe autrefois refont surface ; et le monde se désagrège lentement à travers la conscience du personnage. Qu’est-ce que la « vraie vie » ? Que vaut le sexe sans amour ? Comment échapper à la tristesse des choses auxquelles on ne croit plus ?