Marcus Malte

Marcus Malte est né en 1967, pas loin de la mer. Son premier roman est paru en 1996. Il n’a cessé, depuis, d’écrire des histoires, noires pour la plupart, aussi bien pour les adultes que pour la jeunesse. Une œuvre récompensée par de nombreux prix littéraires.

 

Hammett Détective, Jamais plus!
il y a tout juste cent ans, à l’âge de 21 ans, un certain Samuel dashiell Hammett était embauché comme détective privé par la plus célèbre agence de détectives des états-unis: la pinkerton. il y travaillera jusqu’en 1921 avant de devenir écrivain et de créer un nouveau genre d’enquêtes policières.
nous avons demandé à de talentueux auteurs de polars d’aujourd’hui d’inventer une histoire de pure fiction dont le héros serait un détective débutant nommé... Dashiell Hammett.
Dash pour les intimes.

 

Fannie et Freddie
New York. L’énorme escroquerie des subprimes a conduit à la ruine des millions de ménages modestes endettés à mort, comme les parents de Fannie, vieux couple d’ouvriers rêvant d’accéder à la propriété. Fannie, surnommée Minerve par ses collègues parce que son buste tout entier pivote quand on l’interpelle. Fannie, dont personne ne se doute que sa raideur masque une effrayante coquetterie pour dissimuler un œil de verre. Cachant l’âme d’un cyclope solitaire, cette Minerve borgne n’en est pas moins femme. Au volant de sa vieille Toyota, elle traverse l’Hudson et se dirige vers la pointe fortunée de Manhattan, l’esprit vide, des sortes de rêves plein le cœur... «Le trajet dure une quarantaine de minutes, au terme duquel elle pénètre dans un parking couvert au 45, Wall Street. Elle monte jusqu’au sixième niveau, le dernier, et parcourt les allées au ralenti jusqu’à ce qu’elle ait repéré ce qu’elle cherche: un coupé Mercedes gris métallisé.»
L’auteur de l’inoubliable Garden of Love use d’un style percutant, d’une justesse implacable, pour parler de la vraie vie dans un monde d’une tranquille inhumanité, qu’on dirait inventé pour terrasser l’individu au profit d’une coalition perverse de spéculateurs et d’exploiteurs de tout acabit. C’est ce qui ressort de Fannie et Freddie, récit d’une vengeance à couper le souffle, comme seuls la folie et le désespoir savent en fomenter.

(photo © C. Hélie)