Michel Le Bris

Michel Le Bris est l’auteur d’une œuvre romanesque importante. On lui doit entre autres, L’homme aux semelles de vent et La beauté du monde (Grasset, 2008, finaliste du prix Goncourt). C’est ainsi qu’il crée en 1990 le festival Étonnants Voyageurs, aujourd’hui le plus grand festival littéraire de France. Et est à l’origine, avec Jean Rouaud, du Manifeste pour une littérature-monde, signé par 44 parmi les plus grands écrivains de langue française.

 

Kong

 

Deux jeunes gens sortent sonnés de la Grande guerre. L'un, Ernest Schoedsack, a filmé l'horreur dans la boue des tranchées, l'autre, Merian Cooper, héros de l'aviation américaine, sérieusement brûlé, sort d'un camp de prisonniers quand ils se rencontrent. Ils se retrouvent à Londres. Là naît le projet de film qui va les lier pour la vie. Comment dire la guerre ? Comment dire ce puits noir où l’homme s'est perdu ? Pas de fiction, se jurent-ils : le réalisme le plus exigeant. Vont s'ensuivre des aventures folles, depuis les massacres de Smyrne jusqu'à l’Abyssinie du futur Heilé Sélassié, une épopée de la souffrance en Iran, l’affrontement avec les tigres mangeurs d’homme du Siam... Avec à leurs côtés, un temps, une femme étonnante, Marguerite Harrison, elle aussi obstinée à se précipiter vers les zones de fracture du monde. Leurs films sont à couper le souffle. On les acclame : « Les T. E. Lawrence de l'aventure ! » lance le New York Times. Eux font la moue. Manque ce qu'ils voulaient restituer du mystère du monde. Déçu, Cooper renoncera quelque temps – pour créer avec des amis aviateurs rien moins que... la Pan Am ! – avant d'y revenir....
Ce sera pour oser le film le plus fou, la fiction la plus radicale, pour laquelle il faudra inventer des techniques nouvelles d'animation. Un coup de génie. Une histoire de passion amoureuse, en la figure d'un être de neuf mètres de haut, Kong, que l'on craint, qui épouvante, et que l'on pleure quand il meurt... Le film est projeté à New York devant une foule immense, une semaine avant qu'Hitler ne prenne les pleins pouvoirs...

 

(Photo © JF PAGA)