Nicole Gaillard

Née en 1956, vit et enseigne à Lausanne depuis 1980. Un complément d’études en histoire de l’art à l’Université de Lausanne, entamé en 1999, s’est prolongé par un travail de doctorat, achevé en 2010. Le livre récemment publié, Couples peints (Antipodes, 2013), est le résultat de cette dernière étape de son parcours personnel.

Les aventures du couple nous sont familières, sous de multiples formes, dans la réalité comme dans la fiction. De près ou de loin, en tant qu’acteurs, lecteurs ou spectateurs, nous avons affaire au couple. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le couple devient un objet de quête dans la conscience collective, et au cours du XXe siècle, la difficile question des rôles et des prérogatives respectives de l’homme et de la femme prend une importance croissante. Les conditions sont réunies pour doter la représentation du couple d’un impact spécifique parmi les autres sujets traités par la peinture figurative.

Manet, Degas, Vuillard, Bonnard, Vallotton, Matisse, Munch, Schiele, Kirchner, Beckmann, Hopper et Freud... Les œuvres étudiées dans ce livre montrent la richesse et la variété du thème, en donnant à voir comment le couple peut être le lieu de la séduction, du pouvoir exercé ou subi, de l’ennui, du deuil, comme aussi de la plénitude, de l’apaisement ou du plaisir partagé. La peinture a beaucoup à nous dire sur le couple : tendre l’oreille, c’est ouvrir l’œil.