Noëlle Revaz

En 2002, Gallimard publie Rapport aux bêtes de Noëlle Revaz. L’écriture de styliste de cette jeune auteur délicate fait couler beaucoup d’encre. Elle imite le parler des paysans comme peu y sont parvenus après Ramuz, elle est d’une finesse extrême. Il lui faut 7 ans pour sortir son deuxième livre, toujours chez Gallimard Efina, roman d’amour ironique et ciselé dont la presse française s’empare. Née en Valais en 1968, Noëlle Revaz vit à Bienne.

 

Hermine Blanche et autres nouvelles

 

Pour se débarrasser d'un passager qu'il a pris en grippe, un chauffeur de bus cherche une solution radicale. Un grand-père apprend à son petit-fils à abréger les souffrances des fourmis et des sauterelles, jusqu'à ce que lui-même tombe malade. Dans un Paris caniculaire, deux étudiantes écoutent les gémissements d'une femme, d'autant plus surprenants qu'ils proviennent de la fenêtre d'un voisin insignifiant, Le Fluet. Voilà le genre de situations et de personnages frais et maladroits que Noëlle Revaz met en scène dans les vingt-neuf nouvelles de son recueil, avec originalité et une extrême variété de tons. Le regard profond et acéré qu’elle porte sur son petit monde en révèle les désirs, les craintes, les dépits et les solitudes. Amours, décès, femmes rebelles ou absentes, attentes rarement satisfaites, voix enfantines, grands-pères et secrets… Autant de petits miroirs pour nous renvoyer avec cruauté et humour des images de la vie de tous les jours.

 

(Photo © Hélie Gallimard)