Olivier Guez

Historien, écrivain et journaliste, Olivier Guez a reçu le prix Renaudot pour son dernier ouvrage La disparition de Josef Mengele (plus de 320 000 ex écoulés GfK)

Il s’est entouré d’une pléiade de grands historiens (Nicolas Werth, Pierre-François Souyri, Bénédicte Vergez-Chaignon, Stéphane Courtois, Eric Roussel, Christian Destremau), journalistes (Jean-Christophe Buisson, Emmanuel Hecht, François-Guillaume Lorrain) ainsi que de Laurence Debray et de l’ancien ambassadeur et directeur de la DGSE Bernard Bajolet.

 

Le siècle des dictateurs (Perrin)

En seulement cinq ans, de 1917 à 1922, le monde contemporain, sortant de la tragédie de la Première Guerre mondiale, invente un monstre à deux-têtes, rouge et noir, autrement dit le communisme soviétique et le fascisme, ce dernier métastasant en brun avec l’avènement du nazisme en 1933.

Si leurs idéologies diffèrent largement et que le nazisme se caractérise par l’horreur spécifique de la Shoah, les dictatures partagent la haine de la démocratie, la détestation du bourgeois et le refus subséquent du capitalisme au profit d’une pratique du pouvoir reposant sur la terreur, pratique assise sur une idéologie dominante et dominatrice, méprisant la vie et recherchant l’expansion à tout prix.

Condamnées par l’histoire (la fin d’Hitler et le procès de Nuremberg pour le nazisme, la chute du mur de Berlin et l’écroulement du monde soviétique en 1991), les dictatures n’en finissent pourtant pas de mourir comme le prouve l’avènement de la théocratie iranienne, la longue nuit de l’Afrique ou le drame actuel du Moyen-Orient. Tous les continents ont eu à la subir.

Pour y voir clair et proposer un regard à la fois global et novateur sur cette forme absolue de l’absolutisme, Olivier Guez a rassemblé un ensemble d’auteurs exceptionnel. Plutôt que l’étude des régimes, il a choisi l’approche biographique par l’histoire de ses chefs, célèbres ou méconnus, chacun jouant par essence un rôle prépondérant au sein d’un régime qu’il marque d’abord de son empreinte même lorsque celui-ci est communiste. Au final une vingtaine de chapitres édifiants, servis par l’art narratif des contributeurs. Des cartes et une chronologie complémentent l’ensemble pour en faire un livre important et qui restera.

 

(Photo © Catherine Gugelmann)

Retrouvez l'auteur en dédicaces : Tente de la navigation - Place n°524