Philippe Arnaud

Philippe Arnaud est né en 1966 à Riom. Après une enfance auvergnate et des études de Lettres, il a vécu deux ans au Cameroun. Il y a enseigné le Français dans un collège protestant, et s’y est marié. Enseignant de Lettres dans les années 90 à Orléans, il travaille depuis 2000 à Brive la Gaillarde où il vit avec sa femme et ses trois enfants. Il a nourri sa passion pour le théâtre en co-animant des clubs, des ateliers et une option théâtre dans les différents lieux où il exercé son métier ; tout en faisant du théâtre amateur. Il enseigne également depuis plus de dix ans dans l’option cinéma de son lycée.

Pendant 25 ans il a aussi écrit des centaines de chroniques de rock pour des fanzines comme Harmonie magazine, sur des albums de rock progressif, de metal prog, de chanson française et parfois de jazz ; et également pour ses copains du label de rock Muséa. Les artistes qui l’ont marqué au fils des ans témoignent d’un éclectisme boulimique : De Baudelaire, Stendhal, L.F. Céline, Rimbaud, Césaire, à Stephen King ou Dan Simmons, d’ Hitchcock, Spielberg, Scorcese, De Palma, Kubrick à Chris Marker, Resnais, Souleymane Cissé ou Wong kar wai, sans oublier Brel, Souchon, Marillion, Incognito, Rush, Pat Metheny, Genesis, Peter Hammill…

Son premier roman, La peau d’un autre, a reçu un accueil critique et public très chaleureux. Son deuxième roman, Indomptables , vient de paraître chez le même éditeur.

Le point de départ de La peau d'un autre a été inspiré par un fait divers : la prise d’otage d’une classe de maternelle à Neuilly, au début des années 90. Mais l’auteur n’en a fait qu’un point de départ. Le roman est le récit d’une prise d’otage similaire, d’une quarantaine d’heures ; le « forcené » est un albinos dont le roman nous fait peu à peu découvrir l’histoire, d’abord en Afrique (au Cameroun), puis en France. Le lecteur découvre ainsi peu à peu, au fil des souvenirs du jeune homme, son vécu et ce qui l’a conduit dans cette classe.