Philippe Caubet

Philippe Caubet, né en 1956, est avocat au Barreau de Paris et écrivain. Il a publié : Histoires consternantes et déconcertantes, (Éditions K, Paris, 1995), Portraits de mes amis, dessins de Sempé (Martine Gossieaux, Paris, 2006), Dans un autre Temps, roman, (Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2011 ; prix Thyde-Monnier de la Société des Gens de Lettres 2011), Le Guide des Gens (France 2012, photographies de Lea Lund, Noir sur Blanc, Lausanne, 2011 ; Grand Prix de l’Humour Noir 2012), L’Esprit de petitesse, pamphlet, (Buchet-Chastel, Paris, 2014). Il a écrit dans des journaux et des revues : L’Imbécile, La Revue des Deux Mondes, Neuf Semaines avant l’Élection, Le Monde. Il est également l’auteur de nombreuses pièces de théâtre qu’il qualifie de « Comédies inquiétantes ». Il s’est rendu pour la première fois à Morges, au Livre sur les Quais, en septembre 2012, pour y présenter Le Guide des Gens et en faire lecture.

« Il y a en nous un esprit de petitesse qui attaque, creuse, brise, fracasse, désagrège, sape le rocher de la grandeur. C’est le travail incessant, fébrile, souterrain de la petitesse ». C’est en 1935 que Bruno Schulz, écrivain polonais, disait cela. À quels travaux l’esprit de petitesse est-il actuellement occupé ? Car s’il frappe petitement, il frappe de toutes parts et de tout temps. Par exemple, hic et nunc, le dernier cri consiste à faire usage de ce qu’on a nommé « le principe de précaution », autrement dit principe de trouille administrative généralisée, qui est destiné à prémunir l’autorité de toutes sortes de réclamations, de mises en jeu de responsabilités, de procès, de punitions judiciaires ou non ; et le tout, dit-on, dans l’intérêt du citoyen. Ce principe officiel de précaution, qui a reçu une reconnaissance constitutionnelle en France en 1995, est une des armes officielles, visibles, de l’esprit de petitesse.

Programme de l'auteur