Philippe Druillet

Philippe Druillet est un géant de la bande dessinée. Entré au journal Pilote en 1970, il publie la série Lone Sloane qui marque une rupture par son graphisme baroque et une mise en page éclatée. En 1975, il participe à la fondation des éditions Les Humanoïdes associés et du magazine Métal hurlant où il commence son œuvre la plus ambitieuse : une étonnante transposition, dans une atmosphère d’épopée fantastique et de science-fiction, du roman de Gustave Flaubert, SalammbôAujourd’hui Philippe Druillet est un artiste complet : ses peintures, ses sculptures ou encore ses bijoux sont exposés et vendus dans le monde entier. Delirium, L’autoportrait d’un géant de la BD, coécrit avec David Alliot, est sorti aux éditions Les Arènes en 2014

Pour la première fois, à 70 ans, Philippe Druillet raconte sa vie. Fils de parents collabo durant la Seconde Guerre mondiale, il reçoit son prénom en hommage à Philippe Henriot, secrétaire d’État de l’Information et de la propagande du gouvernement de Vichy. Très vite, philippe Druillet fuit son milieu familial pour devenir, des années plus tard, le génial créateur d’un monde situé aux antipodes de ses origines. Delirium raconte la jeunesse d’un artiste sous les toits de paris, Mai 68, les excès en tous genres, sa rencontre avec sa femme Nicole et le patronage fidèle de rené Gosciny, qui disait de lui : « J’ai vu beaucoup de dessinateurs, mais celui-là est entré chez moi et j’ai compris qu’un nouveau maître était né dans notre métier. »

(Photo © Patrick Swirc)