Raymond Delley

Raymond Delley a enseigné la littérature française. Il a publié une thèse de doctorat sur le roman au XVIIIe siècle : La Passion, l’obstacle et le roman. À la retraite depuis peu, il voue désormais son temps à la lecture – Montaigne, Saint-Simon, Proust, Léautaud, Cingria, Robert Walser, Gerhard Meier, Spinoza –, à la pratique du piano – Bach, Mozart, Schubert –, à la promenade – entre plaine et montagne –, à l’amitié et à l’écriture. Il vit à Marsens, dans le canton de Fribourg, avec sa compagne Marianna – et un chat. En 2015, il a publié un petit ouvrage en forme d’exercice d’admiration : Aimez-vous Brassens ? et, en 2017, un premier roman : Les Clairières. Un troisième roman est en préparation : Comédie humaine.

 

Quelques jours en automne (Les Editions de l'Aire)

Il s’était fait une vie à lui, une vie comme en ont la plupart des gens ; les années avaient filé sans bruit ; les habitudes, les routines donnaient au temps qui passe des allures de ritournelle ; les jours se succé­daient, si ressemblants parfois qu’il avait l’impression qu’il n’y avait plus qu’un seul jour.

Jusqu’à ce matin d’automne où, venant d’Italie, une lettre lui annonçait la mort de Célia…

Alors il retourna dans la vieille maison où, cet été-là, il y avait bien longtemps de cela, il avait pu croire un moment à la beauté des choses, aux promesses pal­pitant dans la lumière du jour… Ces quelques jours en automne, il allait les passer à remettre ses pas dans les pas du jeune homme d’autrefois.

Dans le murmure de la fontaine derrière la maison, dans les craquements du vieil escalier, dans les ru­meurs du vent froissant le feuillage du grand mar­ronnier, dans les ombres du soir tapies derrière les peupliers de l’allée, partout il retrouvait des échos des jours anciens, le tendre et lumineux sillage de Célia.

Par les trouées de la mémoire, il assistait à la re­montée des souvenirs, des visages, des vestiges de cet été-là – « l’été de Célia ». Et sa vie peu à peu at­teignait à une sorte de grandeur, une espèce d’éternité.

 

Retrouvez l'auteure en dédicaces : Tente de la navigation - Place n°508