Roger Cuneo

On connaissait Roger Cuneo en tant que chanteur et comédien, sans savoir qu’il avait d’autres cordes à son arc. Après des études commerciales, il entre en 1963 au Théâtre Populaire Romand, en 1967 il passe au Centre Dramatique de Lausanne, puis il sillonne les routes de la francophonie avec ses propres chansons et des tours de chant autour des poètes. En 1981 il s’engage à la Comédie de Genève, avant d’enseigner le théâtre dans diverses Écoles Supérieures du Canton de Genève. Depuis quelques années, tout en poursuivant son métier de comédien, il s’est mis à l’écriture. Ses deux premiers livres, Maman, je t’attendais, récompensé par le Grand Prix Littéraire Jean d’Ormesson, et Au Bal de la Vie, paru en 2010, sont des récits d’une enfance peu banale. Avec La Joueuse, une descente aux enfers il signe son premier et beau roman.

 

De l'autre côté du rideau

Antoine à l’allure d’un légumier qui vient de finir sa matinée de marché. Son tablier est sali par les légumes et les caisses charriées depuis le matin. Son regard n’a plus la brillance et la vivacité d’autrefois. Sans doute la fatigue ou le train-train des jours qui se ressemblent, peut-être l’abandon de ses rêves. Lorsque soudain une musique dans la rue lui perce le cœur, libérant quelques larmes, ravivant des souvenirs.
Qui peut deviner l’artiste qu’il était, si talentueux ? Un chanteur de rue, accompagné de son orgue, va ranimer en lui une belle flamme, une grande passion. Antoine et le vieil organiste évoqueront leurs expériences mutuelles, leurs joies et leurs peines sur les planches et dans la rue, ponctuées par des parfums de magnifiques marchés.