Sarah Chiche

Sarah Chiche est écrivain, psychologue clinicienne (diplômée de l'université Paris Diderot) et psychanalyste. Elle est l'auteur de trois romans : L'Inachevée (Grasset, 2008), L'Emprise (Grasset, 2010) et Les Enténébrés (Seuil, 2019), et de plusieurs essais dont Une histoire érotique de la psychanalyse : de la nourrice de Freud aux amants d'aujourd'hui (Payot, 2018).

 

Saturne (Seuil)

Automne 1977 : un jeune homme meurt à trente-quatre ans dans des circonstances tragiques. Il se prénommait Harry. Sa fille n'a que quinze mois. Avril 2019 : au détour d'une halte à Genève, celle-ci rencontre, par hasard, une femme qui a connu Harry enfant, pendant la guerre d'Algérie. Se déploie alors le roman de ce père disparu, amoureux des étoiles, héritier d'une dynastie de médecins juifs contraints de fuir l'Algérie au moment de l'indépendance. Après avoir tout perdu, ils bâtiront un empire médical dans la France des années 60 et 70. Jusqu’à l’irruption dans la vie d’Harry d’une femme à la beauté fatale.

À l'autre bout de cette légende, une autre histoire, en miroir de la première : la femme qui a écrit ce livre prend la parole, raconte avec férocité une enfance hantée par le deuil de son père et les ravages d’une éducation qui dévore les plus vulnérables. À vingt-six ans, quand la mère de son père meurt à son tour, elle s’enferme dans un hôtel minable et sombre dans une dépression mélancolique. On la croit condamnée.

Roman sur le crépuscule d’un monde, l’épreuve de nos deuils, intimes et historiques, et d’une maladie mentale qui fut une damnation puis se transforma en chance, Saturne est aussi le récit d’une renaissance inattendue, et une grande histoire d’amour : celle d’une enfant qui aurait dû mourir, mais qui est devenue écrivain parce qu’elle en avait fait la promesse au fantôme de son père.

 

(Photo © Manuel Lagos CID)