Tristan Donzé

Tristan s'efforce de cultiver la différence, d'aller à l'encontre de l'attendu et des croyances. Allergique au confort et au qu'en dira-t-on, amoureux de l'inclassable, il a publié un récit très intime, mais aussi un faux roman policier, un livre pour enfant grinçant, et il travaille aujourd'hui à la rédaction d'un livret pour une oeuvre de musique contemporaine qui sera jouée dans des églises, avec orgue et guitare électrique. Titulaire d'un master en philosophie, il laisse dans son écriture une place prépondérante à la poésie, coeur des tempêtes.

En 2012, il publie son premier texte, Quand ça sent le sapin (aujourd'hui épuisé), sorte de chronique d'un trentenaire qui retrouve un amour d'enfance, symbole d'un canton d'origine, puis fin 2013, Des Sarments (encouragé par la bourse Pro Helvetia d'aide à l'écriture), faux roman dans les décors des Alpes où seuls les rochers ont encore à peine d'assise. En 2014 paraitra Lullaby et le frigo qui chante, livre pour la jeunesse empli de références au mal-être sociétal, pour soigner un peu par la philosophie... en riant. 

Des Sarments: s’agit-il d’un seul texte ? De deux textes qui se rejoignent ? D'un polar sous forme de farce ? De roman gris ? L’auteur utilise la parabole des sarments pour dresser le portrait d'une humanité confrontée au vide. Mise à nu de personnages qui vivent mal leur modernité, ce roman questionne aussi les valeurs d'un monde désenchanté. Ce texte est jumelé avec Des villes (du sable) d'Alexandre Correa.

Lullaby et le frigo qui chante (en collaboration avec Agnieszka Pirszel, illustratrice): Lullaby, petite fille différente, vit la solitude jusqu'à sa plongée dans l'énorme frigo américain. Elle y rencontre les aliments, incarnant chacun les différentes croyances des « grandes personnes » qui croient connaître des valeurs supérieures. C'est le papillon de nuit, ami des Parques, qui amènera la petite Lullaby à aborder la question de la fin de toute chose et de la valeur de l'existence. Conte philosophique drôle et grinçant, le texte est illustré par l'artiste Kika, qui signe ici sous le nom d'Agnieszka Pirszel (www.aboutkika.net) dans un style très contemporain, proche de l'univers manga.

(Photo © Jacques Bélat)