Valérie Zenatti

Présence durant l'édition :

2021

Née à Nice en 1970, Valérie Zenatti a vécu son adolescence en Israël, dans le désert du Néguev. De retour en France, elle étudie l’histoire, la langue et la littérature hébraïques aux Langues O’. Journaliste, puis professeur d’hébreu, elle se tourne vers l’écriture en 2000, et publie plusieurs livres destinés à la jeunesse dont Une bouteille dans la mer de Gaza, traduit en une quinzaine de langues, plusieurs fois primé en France et à l’étranger, adapté au cinéma et au théâtre. Son premier roman, En retard pour la guerre (L’Olivier, 2006) la fait connaître auprès d’un public adulte. Il est suivi par Les Âmes sœurs (L’Olivier, 2010) et Mensonges (L’Olivier, 2011), un récit intimiste où elle évoque déjà sa rencontre avec Aharon Appelfeld. Avec Jacob, Jacob (L’Olivier, 2014), elle se rapproche pour la première fois de l’Algérie d’où est originaire sa famille. Couronné par dix prix dont le prix du livre Inter, ce roman connaît un grand succès. Également scénariste, elle écrit actuellement une série pour Canal+ en collaboration avec le show runner israélien Shachar Magen (Sirens).

 

En retard pour la guerre (L'olivier)

Israël, janvier 1991. Une attaque de l’Irak à l’arme chimique est redoutée, la guerre du Golfe est imminente. Constance Kahn, une jeune Française, a choisi de s’installer à Jérusalem pour écrire son mémoire sur Flavius Josèphe. Elle partage sa vie avec Nathanaël, un peintre révolté et imprévisible, travaille dans une boutique bio, a pour amie Tamar, étudiante comme elle en histoire antique, et sur le point d’accoucher. Dans quinze jours tout ce monde aura peut-être disparu. Lorsque les sirènes retentissent, Constance maîtrise de moins en moins le chaos émotionnel qui l’envahit, mêlant les traumatismes du passé aux angoisses du présent. En retard pour la guerre est un roman à l’écriture sensible et retenue. Sa vitalité et son réalisme rappellent le ton de certains jeunes cinéastes israéliens contemporains. Il a été adapté au cinéma sous le titre Ultimatum par Alain Tasma, avec Gaspard Ulliel et Jasmine Trinca.

 

(Photo © Hannah Assouline)

Programme de l'auteur·trice