Zadig Hamroune

Né à Caen en 1967, Zadig Hamroune enseigne l’anglais dans un lycée parisien. Le Pain de l’exil est son premier roman.

 

Le pain de l'exil
Enfant, le narrateur guettait le départ de son père  pour l’usine et venait prendre sa place au creux du lit conjugal. Là, sa mère, conteuse d’exception, lui transmettait des bribes, heureuses ou tragiques, de l’histoire familiale. Muni de ce viatique, Zadig Hamroune traverse en esprit la Méditerranée. Il met ses pas dans ceux de Nahima et Adan, voués à quitter la terre de leurs ancêtres, la Kabylie. Le Pain de l’exil s’ouvre sur l’exécution en place publique du père de Nahima, bandit d’honneur, à laquelle assiste la petite fille, blottie dans les bras de sa grand-mère. Il se clôt sur la fuite d’Adan qui, persécuté par ses frères, embarque pour la France au moment où se perpétuent les massacres de Sétif et de Guelma.
Mêlant les souvenirs intacts de l’enfance aux épisodes qui ont précédé la guerre d’indépendance, Zadig Hamroune, exilé à rebours, laisse libre cours à son imagination. Il met en scène les destins de ses parents dans un style ample et imagé, où le merveilleux du conte oriental s’allie à la cruelle réalité d’une terre imprégnée de sang. Pétrissant à son tour le «pain de l’exil» dont il a été nourri, il perpétue les traditions des siens, afin que la mémoire, individuelle et collective, ne leur soit pas confisquée.

(photo © Christophe Morlet)