Hôte d’honneur

L’Islande

Contrée de fjords et de légendes, terre de fiction, l’Islande offre un terrain fertile pour l’imaginaire et la créativité. Dès le XIIème siècle, les sagas et récits historiques, véritables monuments culturels nationaux, étaient lus chaque soir autour du feu dans les campagnes et ont notamment inspiré Tolkien pour Le Seigneur des anneaux.

Cette terre de glace et de feu est une source d’inspiration inépuisable et éveille des vocations. C’est en effet le pays où il y a le plus d’écrivain·e·s au monde, proportionnellement à sa population. Aussi n’est-ce pas un hasard si Reykjavik a été désignée Ville de la Littérature par l'UNESCO.

Les livres y sont considérés comme des richesses nationales et font partie intégrante du quotidien au point qu’il existe un dicton typique : « ad ganga med bok I maganum », soit “tout le monde a un livre dans le ventre”.

Depuis 1945, la tradition du « Jolabokaflod » (« le déluge des livres ») y est instaurée à Noël. Au moment où les jours rétrécissent et les fêtes approchent, les ventes de livres explosent. Une coutume veut que chaque habitant reçoive au moins un ouvrage en cadeau à Noël.

 

Cette littérature venue du froid a déferlé depuis plusieurs années en Europe où elle remporte un franc succès. Si le polar islandais a acquis une notoriété internationale, avec le grand maître   Arnaldur Indridason, ou encore la talentueuse Yrsa Sigurdardottir, l’effervescence des lettres islandaises dévoile de nombreux visages et de multiples territoires. La nature imposante, rude et âpre y pose son empreinte.

Les auteurs·trices islandais·e·s comme Jón Kalman StefánssonSigríður Hagalín Björnsdóttir, Gyrðir Elíasson, Auður Ava Ólafsdóttir ont l’art de raconter des histoires à la fois particulières et universelles, portées par une langue éblouissante. Cette littérature profondément ancrée dans la beauté des paysages et la violence des éléments fait aussi résonner les tourments des âmes. Cette beauté de la langue traverse de nombreux ouvrages. Nombre de romancier·e·s sont aussi poètes et manient le verbe avec grâce et subtilité, comme en témoignent les ouvrages de Sjon, Kristín Eiríksdóttir ou encore Andri Snaer Magnason.

 

Le temps du Livre sur les quais, venez découvrir ces auteurs·trices venu·e·s du froid, grâce au soutien du Centre de Littérature Islandaise !

 

Centre de Littérature Islandaise (Islandic Literature Center)

 

Le Centre de littérature islandaise est un organisme financé par le gouvernement islandais. Le rôle du Centre est de faire connaître et promouvoir la littérature islandaise, tant en Islande qu'à l'étranger. Les éditeurs et les éditrices étrangers·ères de livres islandais peuvent demander au Centre de littérature islandaise des subventions pour les traductions. Par ailleurs, Les auteurs·trices, les éditeurs·trices et les organisateurs·trices d'événements littéraires peuvent demander une aide pour les auteurs et les autrices islandais·es qui se rendent à l'étranger afin de promouvoir leurs œuvres. En outre, le Centre soutient la publication d'œuvres littéraires islandaises et la publication d'œuvres littéraires traduites en islandais - ainsi que l'avancement de la culture littéraire en Islande.

Saviez-vous que

  • 986 titres ont été publiés en Islande en 2021
  • Les islandais·aises lisent en moyenne 2.3 livres par mois
  • Comparé à dix ans auparavant, il y a maintenant trois fois plus de livres islandais traduits en langues étrangères
  • Le Centre de Littérature islandaise a distribué approximativement 120'000 euros en subvention de traduction et de voyages aux éditeurs et éditrices étrangers·ères ainsi qu’à des événements littéraires.